Monday, April 12, 2010

Assurance Vie Multisupports

Les assurances vie multi-supports sont un compte d’épargne permettant d’investir dans différents supports financiers, du sûr au risqué. Son fonctionnement est garanti par une compagnie d’assurances vie.

Les sommes versées sur un contrat assurance vie multisupport peuvent être investies dans des actifs financiers de tout type (le plus souvent ce sont des SICAV ou des FCP).

L’objectif est de valoriser ou se constituer un capital par des versements programmés ou libres. Mais il peut aussi en tirer des revenus ponctuels ou réguliers. Ce placement a vocation à être conservé plusieurs années pour amortir ses frais d’entrée et optimiser sa fiscalité.

C'est l'assureur qui détermine les supports utilisables sur lecontrat assurance vie qu'il propose. Sur ce type de supports, l'investissement n'est généralement pas garanti, mais le rendement peut être largement supérieur à celui d'un fonds €uros (monétaire, sans risque pour le capital investi). A noter, que le fonds €uros peut être également présent sur un contrat assurance vie multisupport.

Le capital est-il garanti ? Oui, si l’épargne est placée sur l’actif en euros. Seul risque alors : la faillite de la compagnie d’assurances vie. Dans ce cas de figure, si aucun concurrent ne reprend le portefeuille des contrats, un fonds de garantie couvre chaque assuré à hauteur de 70 000 euros au maximum, tous contrats confondus. Pour l’épargne placée dans tout autre support financier, le capital n’est pas garanti par l’assureur. Votre investissement est alors susceptible de ­baisser. A noter : les détenteurs d’un contrat exclusivement en euros ont la possibilité de le transformer en multisupport en prenant une dose de risque sur le capital.

L’argent est-il disponible ?

Il existe un délai de renonciation de trente jours pour récupérer l’intégralité de sa mise, frais inclus. Ensuite, il est possible de retirer tout ou partie du capital présent sur un contrat à tout moment, frais en moins cette fois… Et ce, sans attendre huit ans comme, à tort, on l’entend souvent dire. Il suffit de demander un retrait partiel ou total, le terme technique étant « rachat ». Point positif : rien n’interdit ensuite de verser à nouveau, contrairement à la règle applicable à bon nombre d’enveloppes fiscales. Tout est possible, à condition de se conformer aux règles du contrat sur les montants minimaux de retrait et sur ceux à laisser en compte. Soit quelques centaines d’euros en général. En pratique, il faut faire une demande écrite à son assureur, aller voir son distributeur, ou opérer directement sur Internet pour les contrats pilotables en ligne.

Il y a une autre façon de disposer de l’argent déposé sur votre contrat : demander un prêt à son assureur. C’est une « avance », en termes techniques. La compagnie vous prête la somme demandée, sans la retirer du contrat. Celui-ci continue donc à être rémunéré dans sa totalité. Affichant un coût de 0,5 à 3 % selon les assureurs, l’avance doit être remboursée dans des délais « raisonnables ».
Combien ça rapporte ?

Des frais sur versements de 3 % en moyenne minorent le capital investi. Ensuite, pour le fonds en euros, la rémunération attribuée par l’assureur n’est pas distribuée mais ajoutée au capital. En 2008, les fonds en euros ont rapporté 3,90 % net en moyenne, hors prélèvements sociaux. Ce sera autour de 3,70 % en 2009. Attention, les moyennes de rendement masquent de grandes différences selon les assureurs.

Assurance Vie Multisupport : fiscalité
Les prélèvements sociaux (11% actuellement) s'appliquent lors de la sortie du contrat. Si le contrat se dénoue par le décès de l'assuré, les prélèvements sociaux ne sont pas dûs par le bénéficiaire.
Les plus-values sont éxénorées au-delà de 8 ans, mais une taxe de 7.50% s'applique sur les intérêts, après un abattement annuel de 4 600 €uros pour une personne seule ou de 9 200 €uros pour un couple marié, soit un taux global maximum de 18.50% (prélèvements sociaux inclus).

Concernant les autres fonds d’investissement, la performance dépend du type d’actifs financiers qui les composent. Un fonds principalement investi en actions françaises, par exemple, aura une performance proche de celle affichée par le marché des actions françaises. De manière plus globale, selon la Fédération française des sociétés d’assurances, les fonds d’investissement des multisupports, tous confondus, ont affiché une perte de 22,5 % en 2008 après des performances de + 1,5 % en 2007, + 8,8 % en 2006 et + 14,4 % en 2005.
Quelle est la règle fiscale ?

Seul l’argent sortant du contrat est soumis à l’impôt. Les arbitrages ne donnent ainsi lieu à aucune imposition.
L’assurance vie multisupport se trouve partout : banques, assureurs, mutuelles, associations d’assurés, grandes surfaces… Mais, pour dénicher des contrats proposant une large palette de fonds d’investissement, mieux vaut vous tourner vers les conseillers en gestion de patrimoine indépendants, les sites Internet spécialisés ou encore les cellules haut de gamme des banques.

Point important : il n’existe aucune limite du nombre de contrats détenus ni des versements effectués ! L’épargne peut être placée dans un actif en euros pour la sécurité. Mais pour ouvrir les solutions d’investissement aux épargnants et améliorer leurs marges, les assureurs ont glissé d’autres supports reposant sur des Sicav, des FCP, des sociétés civiles immobilières… On les appelle les « unités de compte ».

Exemple pratique:
Si vous avez une somme forfaitaire obtenant moins d'intérêts, je vous recommande d'ouvrir un plan assorti d'aucun frais d'inscription, disponible, et géré par vous, en ligne, et soutenu par les grandes entreprises (Fortuneo / Suravenir et Linxea / Generali par exemple). Voir leurs sites Web.
Abonnez-vous à un "multi-support" plan, et pour commencer, tout est mis dans le fonds € (capital entièrement protégé et environ 4% net int.) Vous pouvez ensuite progressivement (ou rapidement, selon la façon dont vous voyez les marchés) changer de fonds dans un grand choix de placements, sans frais et sans conséquences fiscales.
Il ya un gouvernement de garantir jusqu'à 70 000 € pour chaque abonné par entreprise, afin d'être absolument sûr ne dépassent pas ce montant dans une entreprise.
Contribute a better translation

No comments:

Post a Comment